Got Futile... Toujours 100% Got

2012

2012

Boursoufflé et nauséabond, je ne vois pas d'autres termes pour décrire 2012.

Boursoufflé car tout est trop: trop grand, trop improbable, trop américain, trop ridicule, mettez les adjectifs que vous voulez mais au final, c'est vraiment trop too much (oui, je sais...).
Il ne faut jamais reprendre le scénario d'un film catastrophe (ou de SF) pour pointer ses faiblesses mais là, je crois que tout une vie ne suffirait pas à les énumérer. Entre les invraisemblances du type "seules 10 personnes aux USA savent ce qu'il en est mais cent mille ouvriers chinois travaillent en ce moment à la construction des arches" ou encore le réseau GSM qui remarche juste au moment où le tsunami non prévu s'abat sur l'Inde, ce qui permet à un ami des héros de les prévenir alors qu'ils sont dans Air Force One -Maaaaaaaais bien sûr!- en passant par le bon vieux père de famille qui échappe trois millions de fois à une mort certaine sans une égratignure, on ne navigue plus dans le grand n'importe quoi mais plutôt dans la tentative du record Guiness du plus mauvais scénario de film catastrophe.

Plus emmerdant, ce qui m'a vraiment choqué avec 2012, c'est sa morale nauséabonde. Oh, il y a bien quelques personnages intègres et positifs comme devinez qui... mais oui, le Président des United States of A. -que c'est original- mais ils ne font que rajouter au malaise. En gros ce pourrait être du chacun pour sa pomme, ce qui parait normal dans ce genre de film, mais sans le filtre de l'humour ou de la dénonciation que l'on voit généralement. Les personnages, et même surtout les héros, n'ont strictement aucune morale et ne pensent du début à la fin qu'à eux-même.

Sans compter les montagnes de lieux communs tout aussi puants, comme les gentils petits ouvriers chinois qui construisent les arches pour les riches de ce monde sans essayer de sauver leurs peaux (chinois -> corvéable et sacrifiable à l'envie) et le machisme affligeant qui laisse les femmes dans leurs rôles de potiches ou de mères aimantes. Je crois bien qu'à aucun moment du film une héroïne fasse quelque chose de constructif. C'est bien connu, les femmes ne savent ni conduire ni piloter, ni réfléchir ni bricoler. Manquerait plus qu'elles aient le droit de vote et on n'aurait pas besoin d'éruptions solaires pour débuter le scénario de ce film catastrophe...

Alors oui, deux des héros nous font un speech moralisateur pour laisser entrer (en moins de 15 minutes, si si) les centaines de milliers de gens qui n'ont pas d'arche, prétextant qu'être humain signifie sauver des gens au péril de sa vie. Mais il faut souligner que ces personnes sont des gens qui ont eu comme eux les moyens financiers et politiques d'arriver jusque là, le gratin de notre beau monde capitaliste.
On s'en foutait bien une heure plus tôt de sauver les quelques milliards de quidams qui ne savaient même pas que la fin du monde arrivait ce jour-là. On se sacrifie pour les gens qui appartiennent à notre monde, hein, on se prétend humain en sauvant ceux qui sont comme nous. Mais laisser crever le reste de l'humanité, sans même les prévenir à temps pour qu'ils puissent tenter de survivre, c'est normal.

C'est à ce niveau que 2012 aurait pu assurer sa rédemption en critiquant les choix politiques des différents personnages, en nous faisant réfléchir à la meilleure solution dans ce cas de figure et aux erreurs à éviter. Mais mis à part deux pauvres interrogations aussi crédibles que le centre de Toulouse sans son odeur de pisse, on ne voit rien venir. En sortant du film, on a l'impression qu'il est normal de sélectionner uniquement les survivants sur leur réussite sociale...

Heureusement qu'à la fin, la revanche karmique sauve l'honneur du film en préservant une grande partie de l'Afrique. Il faut bien reconnaitre que peu d'africains devaient posséder une place dans une arche...

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

Envie de vous abonner à Futile...? Quelle chance, j'ai justement mis les liens vers les flux RSS juste en dessous!